1,7 million d’enfants décèdent à cause de l’environnement dégradé

eauOK

Nous te parlons souvent d’écologie. Et d’ailleurs, nous parlons de l’impact de la consommation de viande sur l’environnement dans l’article de la rubrique « Belgique » de cette semaine.

Lundi, l’Organisation mondiale de la Santé (l’OMS) a fait une déclaration alarmante : plus d’1 décès sur 4 d’enfants de moins de 5 ans est probablement dû à un environnement pollué, peu sûr ou manquant d’hygiène et d’eau potable. Lorsque tu avais moins de 5 ans, effectivement tu étais plus fragile et plus vulnérable à un air et à de l’eau pollués. L’OMS tire la sonnette d’alarme pour que cela change. « Les enfants sont exposés aux risques environnementaux de manière inacceptable », a commenté la directrice de la santé publique de l’OMS Maria Neira.

Quels sont ces risques environnementaux ?

L’OMS cite plusieurs exemples d’environnement pollué et responsable de ces décès :
- La pollution de l’atmosphère et de la maison
- Le tabagisme passif (lorsque quelqu’un fume à côté de toi, c’est également mauvais pour ta santé)
- L’eau non-potable encore présente dans de nombreux pays
- Un manque d’hygiène dans les toilettes et les salles de bain, du moins pour ceux qui y ont accès.

Les causes des décès

Tous ces facteurs n’engendrent pas un décès tout de suite, mais à long terme, ils peuvent être très mauvais pour la santé de l’individu. L’enfant peut par exemple développer plus systématiquement de l’asthme car il est exposé à la pollution de l’air. Les causes de décès d’enfants les plus fréquentes sont la diarrhée, le paludisme et la pneumonie. De nouveaux dangers environnementaux existent aussi, comme les produits chimiques qui se trouvent de plus en plus dans l’alimentation. Et tous ces cas pourraient être évités grâce à un accès à une eau potable. Cela signifie qu’il existe des solutions…

Quelles solutions ?

Si l’OMS annonce ce triste chiffre, c’est pour trouver des solutions avec le monde entier. Maria Neira propose une piste : « il faut améliorer la qualité de l’eau en utilisant des combustibles (des matières qui brûlent pour chauffer et qui sont ensuite jetées dans l’eau) plus ‘propres’ ». Dans les années à venir, l’OMS voudrait donc améliorer l’alimentation, l’accès à l’eau et aux installations sanitaires (salle de bain, toilettes), ainsi que réduire la pollution de l’air, le changement climatique et l’exposition aux produits chimiques.
En faisant de petits efforts comme éteindre la lumière, ne pas mettre le chauffage trop fort, trier tes déchets, ne pas prendre une douche trop longtemps…, tu promets déjà un avenir meilleur à tous les enfants de ton âge !

Crédit photo: Reporters