4 manifestations en 3 jours : pourquoi les Belges sont-ils allés dans la rue?

manifestation

Vendredi, les syndicats sont descendus dans la rue. Samedi, c’était les « gilets jaunes » et , dimanche, les pro et anti « Pacte des migrations de l’ONU ». Retour sur un week-end mouvementé.

Vendredi : les syndicats

Si les gens ont fait grève, encouragés par les syndicats, c’est parce qu’ils ne sont pas contents. Premièrement, ils devront travailler plus longtemps. Le gouvernement de Charles Michel a en effet décidé il y a 2 ans de faire passer l’âge de la retraite de 65 ans à 67 ans en 2030. Deuxièmement, les gens se plaignent de leur « pouvoir d’achat » qui diminue. Le « pouvoir d’achat » représente tout ce que les gens peuvent acheter avec l’argent qu’ils gagnent. Ils disent qu’au fil des années, ils peuvent acheter de moins en moins de choses car les prix ont augmenté et que leur salaire est trop bas.

Cette grève a été assez bien suivie, surtout dans le Hainaut et dans la province de Liège. Partout dans le pays, des travailleurs ont fait grève. Résultat : certains bus ne sont pas passés, des magasins sont restés fermés toute la journée et des entreprises n’ont pas pu travailler correctement.

Samedi : les »gilets jaunes »

Des citoyens qui en ont marre du gouvernement ont décidé d’aller manifester à Bruxelles vêtus de leur fameux gilet jaune. Cependant, la manifestation n’a pas eu beaucoup de succès. La police a en effet procédé à un contrôle d’identité qui a empêché une cinquantaine de personnes d’aller manifester. Seulement une centaine de « gilets jaunes » ont donc défilé dans les rues de la capitale escortés par la police. Contrairement aux autres manifestations des « gilets jaunes », tout s’est passé dans le calme.

Dimanche: le Pacte des migrations de l’ONU

Nous t’en avions déjà parlé dans un précédent article. C’est en effet ce « Pacte des migrations de l’ONU » qui a fait tomber le gouvernement en Belgique. Pour rappel, il s’agit d’un texte de 34 pages qui contient 23 objectifs pour que les migrations se passent bien. Ces objectifs sont assez flous mais rappellent quelques principes : résoudre les problèmes qui poussent les gens à quitter leur pays d’origine, lutter contre les passeurs (qui demandent une grosse somme d’argent aux migrants pour leur faire traverser les frontières de façon dangereuse), ne pas discriminer les migrants, etc. Le 10 décembre dernier, la Belgique a officiellement signé ce Pacte. 

Malgré tout, il y a eu deux manifestations en même temps ce dimanche : une qui était « pour » ce pacte et une autre qui était « contre ». Si la première s’est passée dans le calme, cela n’a pas été le cas de la seconde. En effet, plusieurs casseurs ont jeté des projectiles sur la police et ont brisé des vitres du bâtiment de la Commission européenne. Une centaine de personnes « contre » ce pacte ont finalement été arrêtées.