A 7 ans, ce « mini Picasso » vend ses tableaux dans le monde entier

picassoBON

Mikail Akar n’est pas un petit garçon comme les autres. A 7 ans seulement, il s’est déjà fait un nom dans le monde de l’art et vend ses toiles à travers le monde. Explications.

« Il a un bel avenir devant lui », explique la directrice de la galerie qui expose actuellement les oeuvres du petit garçon à Cologne (Allemagne). « Il a beaucoup d’imagination et ses oeuvres sont variées », continue-t-elle.

A 7 ans seulement, Mikail, originaire de Cologne (Allemagne) a déjà vendu des toiles à plusieurs milliers d’euros. Il n’en fallait pas plus pour que la presse allemande s’intéresse à ce petit garçon. Elle l’a d’ailleurs surnommé « mini picasso », en référence au célèbre peintre connu dans le monde entier.

Un talent apparu par hasard

Pourtant, la passion de Mikail pour la peinture a commencé totalement par hasard, grâce à son père. Ce dernier lui a en effet acheté de la peinture et des toiles alors que le petit garçon n’était âgé que de 4 ans. « Mikail m’avait dit qu’il en avait marre de ses petites voitures », raconte son père, interrogé par l’agence de presse AFP.

football-afp

« Un jour, quand je suis rentré à la maison, j’ai découvert qu’il avait peint sa première toile. Elle était fantastique. J’ai d’ailleurs pensé que c’était ma femme qui l’avait peinte ». Mais le petit garçon a continué sur sa lancée et en a peint beaucoup d’autres. « Je me suis alors rendu compte qu’il avait vraiment du talent ».

Un style bien particulier

Mikail a développé une technique bien particulière pour peindre. Il le fait après avoir enfilé les gants de boxe de son père. Une contrainte qui ne l’empêche toutefois pas de réaliser de jolies toiles.

« Mais c’est assez fatiguant », explique-t-il. D’ailleurs, il ne souhaite pas vraiment faire carrière dans la peinture. Son truc à lui, c’est le football. Raison pour laquelle il ne peint que quand il en a envie. Même si son père a arrêté son travail pour s’occuper des peintures de son fils, il explique qu’il ne le force à rien. « Nous avons refusé beaucoup de commandes, cela doit rester un amusement pour lui »

 

crédit photo : afp