Catastrophe écologique « sans précédent » en Sibérie

pollutionBON1

21.000 tonnes de carburant se sont échappées d’un réservoir. Malheureusement, la majorité a fini dans une rivière de Sibérie (Russie). Explications.

Vendredi dernier, les autorités russes ont déclaré avoir enfin stoppé la progression de carburant dans la rivière. Grâce à un gigantesque barrage flottant, le carburant a pu être coincé dans une zone bien précise, ce qui permis à des pompes de l’aspirer. En tout 200 tonnes (sur 21.000) ont pu être retirées de l’eau et entreposées dans des containers. Il reste donc encore beaucoup de travail pour limiter au maximum la pollution du cours d’eau, mais c’est un début…

Que s’est-il passé?

Le 29 mai dernier, un réservoir qui contenait 21.000 tonnes de diesel s’est brisé. Le carburant s’est aussitôt déversé dans la rivière toute proche mais également sur le terrain voisin. En tout, 15.000 tonnes ont fini dans la rivière, 6.000 sur le terrain.

C’est la première fois qu’un incident d’une telle ampleur a lieu en Arctique, en Sibérie plus précisément. Pour rappel, la Sibérie est une zone au climat froid située au nord de la Russie. « C’est un incident sans précédent », a résumé l’agence russe pour l’environnement.

Qui est responsable?

Le réservoir qui s’est brisé appartenait à l’entreprise russe Norilsk Nickel, spécialisée dans l’extraction de métaux, principalement du nickel. Vladimir Poutine, le président russe, s’est empressé de l’accuser. « Si vous aviez changé ce réservoir, il n’y aurait eu aucun problème », a-t-il déclaré. Si le président russe était si furieux c’est parce qu’il n’a été prévenu du problème que deux jours plus tard. « Est-ce que tout va bien dans votre tête? », a-t-il demandé aux dirigeants de l’entreprise qui ont tenté de rassurer le président. En attendant, plusieurs enquêtes ont été ouvertes et le dirigeant de la centrale qui hébergeait le réservoir a été arrêté.

Précisons également que ce n’est pas la première fois que cette entreprise fait des dégâts à l’environnement. En 2016, elle avait déversé par inadvertance des produits chimiques dans une rivière.

Que va-t-il se passer?

Pour l’instant, les secours tentent toujours de limiter les dégâts. Mais ils ne pourront pas faire de miracle. « Il faudra des dizaines d’années pour que l’écosystème se rétablisse », a conclu l’agence russe de la pêche.

crédit photo : afp