Emmanuel Macron réélu président de la France

macronBON

Le deuxième tour de l’élection présidentielle française a eu lieu dimanche. Résultat : Emmanuel Macron l’a emporté devant Marine Le Pen, en récoltant 58,5% des voix. Malgré tout, de nombreux défis l’attendent encore !

Ce dimanche, les partisans d’Emmanuel Macron ont laissé exploser leur joie. L’actuel président de la France a en effet été réélu à la tête du pays. Pendant les 5 prochaines années, il restera donc président. Mais, même s’il a gagné, la victoire n’est pas totale. Et ce, pour plusieurs raisons.

1° Des Français ont voté pour lui uniquement pour faire barrage à l’extrême droite

A la sortie des bureaux de vote, de nombreux Français ont admis avoir voté pour Emmanuel Macron uniquement pour ne pas que l’extrême droite arrive au pouvoir. En effet, l’extrême droite est un parti anti-immigration et anti-Union européenne jugé très inquiétant. Dans le monde entier, de nombreux pays se sont réjouis que Marine Le Pen ne soit pas devenue présidente, y compris la Belgique !

2° Marine Le Pen a fait un très bon score

Lors de la présidentielle de 2017, Marine Le Pen avait déjà été opposée à Emmanuel Macron. A l’époque, la candidate d’extrême droite avait récolté 33,9% des voix. En 2022, elle a augmenté son score puisqu’elle a atteint 41,5% des voix ! Jamais l’extrême droite n’a été aussi proche d’atteindre le pouvoir en France. Dans son discours de victoire, Emmanuel Macron a promis de tenir compte de la « colère » et des « doutes » qui avaient poussé de nombreux Français à voter pour l’extrême droite.

3° Beaucoup de Français n’ont pas voté

Alors que l’avenir du pays se jouait dimanche, 28% des Français (près d’un Français sur 4) n’ont pas été voter. C’est du jamais-vu depuis 1969 !

Plusieurs défis

Lors de son quinquennat, Emmanuel Macron devra parvenir à rassembler tous les Français, ceux qui ont voté pour lui, ceux qui n’ont pas voté et ceux qui avaient voté pour d’autres candidats. Ce ne sera pas facile. Le président a toutefois sous-entendu qu’il se remettrait en question sur certains points.

D’autres défis l’attendent également : la guerre en Ukraine, la hausse des prix, le climat, etc. Cinq ans ne seront donc pas de trop pour gérer tout cela !

crédit photo : afp