Faut-il obliger les élèves francophones à choisir le néerlandais comme première langue?

neerlandaisBON

Le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Sammy Madhi a relancé le débat cette semaine. 

Le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Sammy Madhi a déclaré cette semaine dans une interview au journal La Libre Belgique qu’il trouvait « scandaleux » que « le néerlandais ne soit pas obligatoire dans l’enseignement francophone ». Pour lui, « c’est un manque total de respect ». Il souhaiterait que les élèves francophones soient obligés de choisir le néerlandais comme première langue étrangère à l’école.

Combien d’élèves choisissent le néerlandais comme première langue?

Si tu vas dans une école située à Bruxelles, tu n’as pas eu le choix : tu as été obligé de prendre le néerlandais comme première langue. Si tu vis en Wallonie, mais dans une commune proche de la Flandre, pareil, tu n’as pas eu le choix. Mais tous les autres élèves francophones de Belgique ont le choix entre le néerlandais et l’anglais (voire l’allemand dans certains cas).

Selon les chiffres officiels, qui datent de l’année dernière, 64% des élèves ont choisi l’anglais. Seulement 34% ont choisi le néerlandais comme première langue. Et 2% ont opté pour l’allemand. Précisons toutefois que de plus en plus de francophones choisissent d’apprendre le néerlandais… en étudiant dans une école flamande ! Mais, malgré tout, l’anglais reste le premier choix en Wallonie.

Faut-il obliger l’apprentissage du néerlandais?

Pour Sammy Madhi, un homme politique flamand, il n’est pas normal que la Wallonie n’oblige pas tous les élèves à choisir le néerlandais étant donné que c’est l’une des langues officielles de notre pays. « Il faudrait pouvoir obliger les Wallons à l’apprendre », dit-il.

Pour rappel, la Flandre, elle, oblige déjà tous les élèves flamands à choisir le français comme première langue à l’école.

Et toi, trouves-tu qu’il faudrait rendre le néerlandais obligatoire? Trouves-tu important de maîtriser le néerlandais? Parles-en avec tes professeurs.

crédit photo : Johanna de Tessières