La Belgique ferme son premier réacteur nucléaire

nucleaireBON (1)

Pourquoi a-t-elle pris cette décision? Pourquoi l’énergie nucléaire ne plait pas à tout le monde? On t’explique !

Ce vendredi, à 21h, la Belgique a fermé son premier réacteur nucléaire. Celui-ci lui servait à fabriquer 10% de l’électricité belge. Pour rappel, la Belgique possède 7 réacteurs, répartis sur deux centrales : Doel (Anvers) et Tihange (Liège). C’est le réacteur nommé « Doel 3″ qui a été fermé. Il faudra toutefois cinq ans afin de le rendre complètement inutilisable.

Pourquoi la Belgique veut-elle sortir du nucléaire?

La Belgique a décidé il y a vingt ans qu’elle sortirait du nucléaire en 2025. Pourquoi veut-elle sortir du nucléaire? Parce que cette énergie ne plait pas à tout le monde. Pour faire simple, l’énergie nucléaire n’émet pas de gaz à effet de serre, responsable du réchauffement climatique. On pourrait donc penser que c’est une bonne énergie, sauf qu’elle rejette des déchets radioactifs dans l’environnement. Lorsqu’il y a un accident dans une centrale, cela peut également faire de gros dégâts. Nous t’avions déjà parlé de Tchernobyl et Fukushima (clique ici). Ceux qui sont pour l’énergie nucléaire répondent que les centrales sont sûres et que les accidents sont extrêmement rares, mais cela n’empêche pas les anti-nucléaire de vouloir que ce type d’énergie soit abandonné. À l’heure actuelle, les centrales belges doivent être réparées, ce qui implique d’investir beaucoup d’argent dedans. Si on n’abandonne pas les centrales maintenant et qu’on met de l’argent à les réparer, cela veut dire qu’il faudra les garder encore longtemps. Et pour les écologistes, les centrales nucléaires empêchent la Belgique d’investir dans les énergies vertes comme les éoliennes ou les panneaux solaires.

Et maintenant?

Tu le sais : les prix de l’énergie ont fortement augmenté à cause de la guerre en Ukraine. Beaucoup se demandent donc si c’est une bonne idée de fermer des réacteurs nucléaires. Pour rappel, celui de Doel 3 produisait 10% de l’énergie belge, c’est 10% qu’il faudra aller chercher en dehors de la Belgique. Elia, qui gère la distribution d’électricité, a assuré que la fermeture du réacteur n’aurait aucune conséquence sur la population et qu’il y aurait assez d’électricité pour tout le monde. Mais des gens s’inquiètent.

Cette semaine, soit quelques jours avant la fermeture de Doel 3, le débat sur le nucléaire a été relancé. Annelies Verlinden (CD&V), ministre de l’Intérieur, a demandé s’il était encore possible de laisser Doel 3 en activité. De leur côté, certains politiques demandent à ce que la fermeture d’autres réacteurs soit mise sur pause pour l’instant. En Allemagne par exemple, les mêmes discussions en train d’avoir sur le maintien ou non des centrales nucléaires. Comme toujours, les débats sur le nucléaire sont compliqués entre ceux qui le défendent et ceux qui sont contre.

crédit : belga