La COP25 va-t-elle pousser les pays à faire plus d’efforts pour le climat?

climatBON20

Ce lundi 2 décembre marque le début de la 25ème Conférence de l’ONU sur le climat (COP25). Jusqu’au 13 décembre, 196 pays aborderont ensemble le problème du réchauffement climatique. Que peut-on attendre de cette réunion? Explications.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à travers le monde vendredi dernier afin de mettre la pression sur les pays avant leur rencontre lors de la COP25.

Qu’est-ce que la COP25?

“COP” signifie en anglais “Conference of The Parties” (conférence des parties). Il s’agit d’une réunion où les représentants de 196 pays (ou “parties”) discutent ensemble du climat. On lui a donné le numéro 25 étant donné que c’est la 25ème année que la  conférence a lieu. La COP25 aurait normalement dû se dérouler au Chili. Mais, en raison des différentes manifestations qui y ont eu lieu, ce pays a renoncé à l’organiser. C’est donc l’Espagne qui a accueilli l’événement à la dernière minute.

Quel est le but de la COP25?

Comme chaque année, cette réunion a pour but d’encourager les pays à faire plus d’efforts pour lutter contre le réchauffement climatique. Pour rappel, l’Accord de Paris de 2015, que quasi tous les pays -sauf les Etats-Unis- se sont engagés à respecter est censé limiter le réchauffement climatique à +2°C. Cela veut dire qu’en 2100, la température moyenne sur Terre ne devrait avoir augmenté que de 2°C par rapport à l’ère pré-industrielle (1900). Malheureusement, si les pays ne changent pas leurs habitudes, la hausse des températures devrait être de plus de 3°C, ce qui aurait de terribles conséquences (inondations, disparition de certaines espèces, etc.) !

Que va-t-il se passer?

Les discussions vont être très tendues entre les pays participants. En effet, pour contenir la hausse des températures à +1,5°C, chaque pays devra faire de gros efforts. Mais il est peu probable que les “gros pollueurs” comme la Chine, l’Inde ou la Russie acceptent. Ils redoutent que la réduction des gaz à effet de serre leur fasse perdre énormément d’argent.

Et la Belgique?

Même si elle est parfois critiquée pour son manque d’ambition, la Belgique fait partie des pays du monde qui luttent contre le réchauffement climatique. Notre pays a récemment élaboré un “plan fédéral énergie-climat” qui lui permettra de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 35% en 2030. Comment? En investissant dans les transports en commun afin d’encourager les Belges à ne plus utiliser leur voiture et en investissant dans les énergies renouvelables non polluantes. Si elle parvient à tenir ses objectifs, elle pourra être fière d’elle !

L’Union européenne – dont est membre la Belgique – souhaite elle aussi être un exemple en la matière. Elle s’est déjà engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% en 2030 et souhaiterait même aller encore plus loin (même si tous les pays-membres ne sont pas d’accord). Lors de la COP25, les “bons élèves” devront convaincre les autres de les suivre dans leurs efforts.

Laisser un commentaire