Le décès de Mawda a choqué la Belgique et remis les migrants sur le devant de la scène

mawdaBON

Un événement dramatique s’est produit en Belgique sur une autoroute reliant Namur et Mons. Une migrante de 2 ans est décédée. La politique du gouvernement belge concernant les migrants fait donc reparler d’elle.

Qui est Mawda ?

Mawda est une fillette de 2 ans qui est décédée sur l’autoroute E42 dans la nuit du 16 au 17 mai à la suite d’une course-poursuite avec la police. Mawda se trouvait dans une camionnette remplie d’une trentaine de migrants qui avaient quitté leur pays d’origine pour venir vivre en Europe. Tout ce petit monde avait donné beaucoup d’argent à des passeurs afin qu’ils les emmènent en Grande-Bretagne.

infographie ipm

En voyant passer la camionnette, les policiers se sont rendu compte que quelque chose n’allait pas. Ils ont donc décidé de la poursuivre. La camionnette a mis d’autres véhicules en danger pour échapper aux nombreuses voitures de police qui la suivaient. Afin de l’arrêter, l’un des policiers présents a fini par tirer dessus avec son arme. Mawda a malheureusement reçu la balle et est morte quelques minutes plus tard.

Quelles réactions ?

Tout le monde est d’accord pour dire que la mort de la fillette est un événement dramatique.

Jan Jambon, le ministre de l’Intérieur, a expliqué que les policiers « avaient fait leur travail » et que tout était de la faute des passeurs de migrants. Pour Ecolo, un parti de l’opposition, le décès de la fillette est « le résultat de la politique de plus en plus répressive du gouvernement contre les migrants ». Des manifestations de soutien à Mawda ont été organisées en Belgique pour demander la démission de Jan Jambon et de Theo Francken, le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration.

Que va devenir la famille de Mawda ?

Ses parents et son grand-frère (sur la photo) souhaitent rester définitivement en Belgique. Mais, pour rappel, ils n’ont pas les autorisations nécessaires. Theo Francken a confirmé ce dimanche que la famille allait faire une demande de régularisation pour « circonstances exceptionnelles » et que cette demande serait examinée par le gouvernement qui décidera donc si la famille peut rester en Belgique ou si elle doit retourner en Irak.

Suite à ce décès tragique, deux clans s’affrontent : d’un côté, le gouvernement qui veut une politique « sévère mais humaine » en matière de migration et, de l’autre, ceux qui souhaitent que la Belgique soit plus accueillante envers les migrants.

crédit : Didier Bauweraerts

One thought on “Le décès de Mawda a choqué la Belgique et remis les migrants sur le devant de la scène

Comments are closed.