Le droit à l’avortement fortement réduit aux Etats-Unis

supremeBON

Qu’est-ce qu’un avortement? Pourquoi ce droit est-il menacé? On t’explique tout ! 

La Cour suprême des Etats-Unis a décidé vendredi de supprimer le droit à l’avortement jusque-là garanti dans le pays. Depuis 1973, chaque femme américaine avait en effet le droit d’avorter, c’est-à-dire de stopper sa grossesse avant 6 mois, dans n’importe lequel des 50 Etats des Etats-Unis. Aujourd’hui, ce ne sera plus le cas. Les 9 juges de la Cour suprême ont décidé que chaque Etat serait maintenant libre d’interdire ou d’autoriser l’avortement.

Quelles conséquences?

Aussitôt après cette décision historique, 7 Etats ont annoncé que l’avortement était dès à présent interdit. Il s’agit du Missouri, de l’Arkansas, de l’Oklahoma, du Kentucky, de l’Alabama, de la Louisiane, le Dakota du sud. Dans les prochains mois, les experts estiment que la moitié des 50 Etats interdiront l’avortement. Des exceptions seront toutefois prévues en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère.

« C’est un jour triste pour le pays », a déclaré le Président américain Joe Biden. « C’est un coup terrible porté aux droits des femmes », a déclaré l’Onu. Les femmes qui ne veulent pas continuer leur grossesse devront donc aller dans d’autres Etats ou opter pour des solutions moins sécurisées, qui pourront éventuellement les tuer.

Après cette décision, des manifestations ont eu lieu dans plusieurs Etats et dans plusieurs pays du monde. Depuis toujours deux camps s’affrontent concernant l’avortement : les « pro-choix » qui estiment que la femme a le droit de choisir ce qu’elle fait de son corps et les « pro-vie » qui estiment qu’avorter, c’est tuer (certains considèrent qu’un foetus, dans les premiers mois de grossesse, est un être vivant, d’autres non).

Et en Belgique?

La Belgique, comme la plupart des pays occidentaux, autorise l’avortement jusqu’à 3 mois de grossesse. Cela veut dire que jusqu’à ce moment-là, la femme peut décider de stopper sa grossesse, peu importe ses raisons. Au vu de ce qui se passe aux Etats-Unis, plusieurs politiques belges veulent protéger encore plus le droit à l’avortement dans notre pays, en rendant presqu’impossible le fait de le supprimer.

crédit photo : afp