Le nouveau tronc commun de cours officiellement validé

ecoleBON11

Le vote final du 2 mai, prévu au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, n’est plus qu’une formalité. C’est donc officiel : le nouveau « tronc commun » sera instauré dans toutes les écoles francophones du pays. Mais qu’est-ce que c’est?

Afin de renforcer les connaissances des élèves, Marie-Martine Schyns, la ministre de l’Education, a établi un nouveau « tronc commun » de cours qui seront identiques pour tous les francophones de la maternelle à la troisième secondaire. Cette nouvelle grille de cours fait partie du « Pacte pour un enseignement d’Excellence », imaginé en 2015 par sa prédécesseure, Joëlle Milquet, pour améliorer la qualité de l’école.

Qu’y a-t-il dans le « tronc commun »?

En primaire

Durant toutes les primaires, l’accent sera mis sur les savoirs de base (le français, le calcul, etc.). L’apprentissage de la première langue étrangère démarrera plus tôt qu’aujourd’hui, dès la troisième. En 5ème et 6ème primaires, les élèves auront une heure de sport en plus par semaine.

En secondaire

Les élèves devront également apprendre une deuxième langue étrangère dès la deuxième secondaire. En 2ème et 3ème secondaire, ils devront obligatoirement suivre des cours de latin, les heures de français seront donc diminuées. Des formations non obligatoires en couture ou encore en menuiserie seront proposées à ceux et celles qui le souhaitent.

Et le redoublement?

D’ici 2030, la ministre souhaiterait réduire de moitié le redoublement. Celui-ci ne sera pas interdit mais il devra n’être utilisé qu’en dernier recours. L’école organisera donc davantage de cours de remédiation pour permettre à l’élève en difficulté de rattraper son retard.

C’est pour quand?

Ce nouveau « tronc commun » sera introduit progressivement à l’école, en commençant par la maternelle. Autrement dit, il devrait être parfaitement opérationnel en 2027. Tu l’as compris, tu ne seras donc pas concerné par ces mesures mais celles-ci changeront peut-être les choses pour tes éventuels petits frères et soeurs.

crédit photo : reporters