Les Wallons, mauvais élèves du vélo

Vélo Reporters QUINET

Ce lundi 3 juin, c’était la Journée Mondiale du Vélo. Cette journée mondiale a été créée l’année dernière, en 2018, par l’ONU. L’ONU dit d’ailleurs de la bicyclette qu’il s’agit d’un « moyen de transport simple, accessible, fiable, propre, durable et respectueux de l’environnement qui favorise la bonne gestion de l’environnement et entretien la santé. » Et toi, tu roules souvent à vélo ?

Les Wallons ne portent pas assez de casque

Plusieurs études ont été menées à propos du vélo, notamment en Wallonie. 68% des Wallons ne portent jamais de casque. Pourtant, chaque année, il y a de plus en plus d’accident de cyclistes. En 2018, 776 accidents ont blessé des cyclistes en Wallonie. Heureusement, les usagers de vélos électriques portent davantage le casque. Ils sont 47%. Mais ce n’est toujours pas assez puisque le casque permet de réduire de plus de 65% le risque de blessure à la tête. Et ces blessures concernent un cycliste blessé sur 3 ! Ces mauvais chiffres font de la Belgique, l’avant-dernier pays de l’Union européenne pour le port du casque à vélo. Il faut dire qu’en Belgique, le casque n’est pas obligatoire. En France, par exemple, si tu as moins de 12 ans, tu dois porter un casque. Et toi, qu’en penses-tu ? Devrait-on rendre le casque obligatoire en Belgique ? Pourquoi ?

L’important c’est qu’on te voit

Tu le sais déjà très bien : quand tu roules à vélo et qu’il fait noir, il est très important que les autres usagers de la route te voient. Pour cela, tu utilises sûrement des phares. D’ailleurs, en Belgique, un phare avant blanc ou jaune et un phare arrière rouge est obligatoire dès que la nuit tombe. Tu peux aussi être visible en portant des vêtements ou accessoires fluorescents. Malheureusement, 87% des cyclistes n’en portent jamais. 79% des cyclistes à vélo électrique disent n’en porter jamais. Ce sont également d’assez mauvais chiffres.

Plus de pistes cyclables !

Pour éviter les accidents à vélo, le cycliste doit prendre ses responsabilités, en mettant des phares et en portant un casque. Mais les infrastructures doivent aussi être mieux pensées pour rouler en toute sécurité. Si tu partages une route avec un automobiliste, il y a plus de chance pour qu’il y ait un accident. Par contre, si tu roules sur une piste cyclable aménagée rien que pour les vélos, tu es moins en danger. De plus en plus d’argent est consacré à la sécurité des cyclistes, mais pas encore assez.

Crédits : Reporters/Quinet