L’Europe face à une deuxième vague du virus

europeBON

La Belgique n’est pas le seul pays à prendre des mesures pour éviter un retour en force du virus. Le reste de l’Europe aussi est confronté à une « deuxième vague ». Explications.

Durant le confinement, le monde a fait face à une « première vague » de coronavirus. Le virus a ensuite un peu disparu cet été avant de revenir en force dans certaines régions. C’est ce que l’on appelle « la deuxième vague ». Cette « deuxième vague » touche à l’heure actuelle l’Europe. De nombreux pays ont donc pris des mesures pour la limiter au maximum.

Que font nos voisins?

En France, 20 millions de personnes sont actuellement soumises à un couvre-feu entre 21h et 6h du matin. Cela veut dire qu’elles ne peuvent plus sortir de chez elles après 21h, sauf si elles ont une très bonne raison. Plusieurs grandes villes sont concernées, comme Paris, Montpellier, Lille, Toulouse ou Grenoble. Dans ces grandes villes, bars et restaurants sont également fermés.

Le Royaume-Uni a pris la décision de limiter les contacts entre personnes. Les contacts à l’intérieur sont interdits pour 10 millions de personnes. A l’extérieur, en revanche, les rencontres sont toujours possibles. Les pubs, bars et restaurants peuvent rester ouverts, mais doivent fermer plus tôt que d’habitude.

En Allemagne, Angela Merkel, la chancelière allemande, a demandé à ses concitoyens de limiter au maximum leurs contacts. Les bars et restaurants sont pour l’instant toujours ouverts.

En Italie, la région de Lombardie, la plus touchée, a décidé de fermer ses écoles, ses bars et ses restaurants. Ailleurs dans le pays, les bars et restaurants peuvent rester ouverts, mais doivent fermer plus tôt que d’habitude.

Les Pays-Bas, enfin, ont eux aussi décidé de fermer bars et restaurants. Le pays, qui avait longtemps refusé d’imposer le port du masque, l’a finalement fait.

Quand cela va-t-il s’arrêter?

Si les chiffres s’améliorent, les mesures pourront être supprimées, comme cela avait été le cas lors du déconfinement. De plus, l’arrivée du vaccin, prévue dans plusieurs mois, nous permettra de retrouver une vie normale. En attendant, il faut être prudent, et ne surtout pas désespérer. Les choses vont finir par s’arranger !

crédit : afp