L’homme ira-t-il bientôt habiter sur Mars?

MarsOK

Eugene Cernan, le dernier astronaute à avoir marché sur la lune en 1972, s’est éteint mi-janvier, à l’âge de 82 ans. Alors qu’il est scientifiquement établi que la lune est un astre mort, la question de la vie sur Mars se pose de plus en plus…

Les hommes pourront-ils, un jour, s’envoler pour Mars et, pourquoi pas, y habiter? Alors que le dernier astronaute à avoir foulé la surface lunaire en 1972, Eugene Cernan, est décédé il y a quelques semaines, l’agence spatiale américaine (Nasa) et l’agence spatiale française (Cnes) ont signé en décembre un accord afin d’envoyer une mission robotique sur Mars en 2020. On l’appelle la mission ExoMars 2020. Objectif? Le robot mobile sera chargé de forer le sol martien jusqu’à deux mètres de profondeur pour tenter de trouver des traces de vie passée sur la Planète rouge – on la surnomme ainsi en raison de l’abondance de l’hématite amorphe — oxyde de fer(III) — présente à sa surface et lui conférant une couleur rouge.

Un premier voyage en orbite dans 10 ans

Car c’est bien là la principale inconnue de Mars qui attise tant la curiosité des chercheurs: si Mars a été habitable (il y a eu de l’eau sur Mars il y a des milliards d’années), la question est aujourd’hui de savoir si elle a été habitée. Et comme ce fut jadis la course à qui mettrait en premier le pied sur la lune, aujourd’hui, c’est à quel pays enverra dans l’espace sa première mission habitée vers Mars. « Toutes les nations spatiales – ou les groupes de nations spatiales- vont vers Mars », a expliqué le président de l’agence spatiale française (Cnes) Jean-Yves Le Gall dans « La Libre Belgique ». « C’est impossible que l’Europe n’y soit pas ».

Comment cela va-t-il se passer? Les premières missions seront des missions en orbite autour de Mars. « C’est un peu comme pour la lune, poursuit M. Le Gall, sauf que le voyage ici ne prendra pas trois jours mais neuf mois: neuf mois aller, pour six mois en orbite, et de nouveau neuf mois pour revenir. Ce premier voyage en orbite pourrait avoir lieu dans 10 ans à peu près, vers la fin de la décennie ». Le vaisseau serait une mini-station spatiale de 70 tonnes, avec un potager (pour avoir des légumes frais) et 4 à 6 astronautes à son bord. « Si on envoie des scientifiques et des géologues à la surface de Mars, ils auront une réaction face à tel ou tel relief géologique, telle ou telle situation, du fait de leur expérience, ajoute encore M. Le Gall, que n’aura pas un robot ou un non-spécialiste. C’est pour cela qu’il faut envoyer des hommes sur Mars ».

Crédit photo: Reporters