L’Occident répond aux attaques à l’arme chimique de la Syrie

syrie

Durant les deux semaines de vacances scolaires, le conflit en Syrie s’est poursuivi, faisant malheureusement de nouveaux morts… Voici concrètement ce qui s’est passé.

Une attaque à l’arme chimique en Syrie

Le 7 avril dernier, à Douma, une ville du sud de la Syrie, une attaque à l’arme chimique aurait eu lieu, faisant plus de 70 morts dont des enfants. Le responsable de cette attaque serait le président syrien Bachar al-Assad. Nous utilisons le conditionnel car le président syrien n’a pas reconnu avoir réalisé cette attaque. Une enquête est en cours pour confirmer ou non qu’il a bien utilisé l’arme chimique.

Qu’est-ce que l’arme chimique ?

Une arme chimique est une arme qu’on ne voit pas car elle se présente sous forme de gaz très dangereux pour la santé, comme le chlore ou le gaz sarin. Cette arme ne ressemble donc pas à un fusil ou à une bombe comme les autres armes de guerre que tu pourrais connaître. Les produits chimiques contenus dans ces armes chimiques peuvent tuer les personnes qui les respirent ou les touchent en à peine une heure. Depuis 1997, ces armes sont interdites dans la plupart des pays du monde car elles engendrent de terribles souffrances à ceux qui respirent ce gaz. La Syrie est l’un des seuls pays à ne pas avoir signé le texte interdisant les armes chimiques. Certains pays suspectent donc que le régime syrien de Bachar al-Assad utilise cette arme interdite.

Deux pays accusent le régime syrien

Après cette prétendue attaque, les rebelles syriens (c’est-à-dire ceux qui se battent contre la dictature du président Bachar al-Assad) ont diffusé des vidéos montrant des personnes allongées sur des brancards et respirant dans des masques à oxygène ou s’aspergeant d’eau. Ce genre de signes prouvent normalement que ces personnes sont victimes d’une attaque chimique. A la vision de ces images, les Etats-Unis et la France ont accusé le régime syrien et la Russie (qui est un complice de Bachar al-Assad) d’être à l’origine de cette attaque chimique présumée.

Trois pays optent pour des frappes aériennes

Pour connaître la vérité, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a annoncé qu’elle se rendrait à Douma pour enquêter sur l’utilisation ou non d’armes chimiques. Cette visite a eu lieu ce dimanche 15 avril, mais aucune conclusion n’a encore été communiquée. Avant cela, le samedi 14 avril, la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont décidé d’envoyer des bombes par avion sur les installations d’armes chimiques syriennes (on appelle cela une « frappe aérienne »). Ces trois pays étaient convaincus que le régime syrien était coupable, et voulaient protéger le peuple syrien en détruisant les armes chimiques. Maintenant, nous attendons le résultat de l’enquête, et espérons des discussions diplomatiques entre Bachar al-Assad et les pays qui ont réagi.

Crédits photos : Reporters