Londres une nouvelle fois frappée par un attentat

Londres-attentatOK

Trois assaillants embarqués dans une camionnette ont foncé samedi soir sur les passants du London Bridge, au coeur de la capitale britannique. Puis, armés de couteaux, ils se sont attaqués à la foule. Le bilan est lourd: 7 morts et 48 blessés.

Ce samedi 3 juin, ils sont nombreux à profiter d’une soirée printanière en se baladant sur le London Bridge, ce vaste pont au coeur de Londres qui relie le quartier financier de La City, au nord de la Tamise, au quartier animé de Borough Market. Ils sont aussi nombreux à être installés dans les bars, restos et cafés du coin: c’est la finale de la Ligue des champions entre le Real de Madrid et la Juventus.
Soudain, peu après 22h, les services de secours sont alertés: une camionnette blanche a écrasé des passants sur le London Bridge. A bord: trois hommes, vêtus chacun d’une veste avec ce qui ressemble à des ceintures d’explosifs, qui s’avèreront fausses, mais qui ont pour but de faire paniquer davantage la foule. Dans sa course folle, leur camionnette s’est encastrée dans la clôture entourant la cathédrale de Southwark sur la rive sud de la Tamise, non loin du « pub » (du café) The Barrowboy & Banker. Alors, armés de couteaux, ils se précipitent dans les bars aux alentours et poignardent au hasard tous les gens qu’ils voient.
Entretemps, les secours sont arrivés. Les médecins prodiguent les premiers soins. A 22h16, la police, armée, abat les trois assaillants. Le bilan est lourd: 7 personnes ont perdu la vie et 48 autres sont blessées.

Trois attaques en trois mois

C’est la troisième fois en trois mois que le Royaume-Uni est frappé par une attaque terroriste. Lundi, Daesh (l’Etat islamique) a en effet revendiqué l’attentat de samedi soir.
En mars, un Britannique converti à l’islam, Khalid Masood, avait foncé avec sa voiture dans la foule sur le pont de Westminster, à Londres. Cinq personnes sont mortes et plus de 50 ont été blessées. Il avait ensuite poignadré à mort un policier avant d’être abattu dans la cour du Parlement.
Plus récemment -­ nous en avons parlé dans Tremplin­ la semaine dernière-, le 22 mai, un attentat-suicide terroriste a été perpétré à l’issue du concert de la pop star américaine Ariana Grande à la Manchester Arena. L’attaque a fait 22 morts, dont beaucoup de jeunes, ainsi qu’une centaine de blessés. Dimanche soir, un concert « One Love Manchester », avec Ariana Grande, Justin Bieber, Miley Cirus,… était d’ailleurs organisé en hommage aux victimes du 22 mai. Au lendemain de l’attentat de Londres, l’émotion était très grande parmi les artistes et le public venu en grand nombre.

Que sait-on des trois assaillants?

La police mène l’enquête pour rassembler un maximum d’informations. A cette heure, on sait que l’un des agresseurs, Khuram Shazad Butt, âgé de 27 ans, était connu des services de sécurité, mais aucun élément ne laissait penser que ce Britannique né au Pakistan particperait à un projet d’attaque.
Le second assaillant identifié, Rachid Redouane, 30 ans, se présentait comme étant d’origine marocaine et libyenne. Il était inconnu des autorités. Le troisième complice é été identifié mardi. Il s’agit de Youssef Zaghba, un Italo-Marocain de 22 ans

Une camionnette et des couteaux

Ce n’est malheureusement pas la première fois que des terroristes recourent à une voiture-bélier et à des armes blanches dans leurs attaques. Souviens-toi des attentats de Nice et Berlin.
Pour les experts, un attentat comme celui de samedi, est quasiment impossible à prévenir si ses auteurs font preuve d’un minimum de prudence dans les préparatifs.
Néanmoins, le ministre de l’Intérieur belge Jan Jambon (N-VA) tient à rassurer: il n’y a pas de lien entre l’attentat de Londres et la Belgique. L’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam) surveille la situation de près. Pour assurer notre sécurité, le niveau d’alerte terroriste en Belgique reste à 3 sur une échelle de 4 pour l’ensemble de la Belgique.

Crédit photo: Reporters