Nouvelle attaque contre le journal Charlie Hebdo

Capture d’écran 2020-09-28 à 11.00.22

Un Pakistanais de 25 ans a poignardé vendredi deux personnes devant les anciens locaux du journal français Charlie Hebdo. Pourquoi a-t-il fait cela? Pourquoi parle-t-on d’une « nouvelle attaque »? Réponses.

Vendredi 26 septembre, en fin de matinée, un jeune homme s’est rendu à Paris (France) devant les anciens locaux de Charlie Hebdo. Armé d’un couteau de boucher, il a gravement blessé deux personnes avant de prendre la fuite. Il a heureusement très vite pu être arrêté. Peu après son arrestation, l’homme a expliqué « assumer son acte ». Il a reconnu que son attaque visait le journal français Charlie Hebdo. Il ignorait toutefois que la rédaction du journal avait déménagé. Les deux personnes qu’il a blessées ne travaillaient donc pas pour Charlie Hebdo mais pour la société de production « Premières lignes ». Leur vie n’est heureusement plus en danger, même si elles sont toujours à l’hôpital.

Pourquoi viser Charlie Hebdo?

L’auteur de l’attaque terroriste a expliqué qu’il n’avait pas supporté la republication dans le journal de caricatures mettant en scène le prophète Mahomet. Pour rappel, Mahomet est considéré par les musulmans comme le fondateur de l’islam. Certains ne comprennent donc pas comment on peut se moquer de lui.

Peu importe le motif, rien ne peut évidemment justifier une attaque au couteau! Charlie Hebdo avait d’ailleurs le droit de publier ces caricatures. Comme l’a rappelé le président français Emmanuel Macron, « en France, chacun est libre de blasphémer ».

Pas la première attaque

Ces mêmes caricatures avaient déjà provoqué l’attaque terroriste du 7 janvier 2015. A l’époque, 12 personnes avaient été tuées lors d’un attentat. Parmi elles, huit membres de la rédaction de Charlie Hebdo. L’attentat contre Charlie Hebdo est le premier et le plus meurtrier des trois attentats qui ont frappé la France ce mois-là. Suite à cela, Charlie Hebdo avait décidé de déménager vers un nouveau bâtiment tenu secret.

Si le journal a choisi de republier les caricatures qui avaient provoqué la première attaque, c’est pour prouver qu’ils ne « renonceront jamais ». Ils ont publié les dessins le 1er septembre dernier, la veille de l’ouverture du procès des attentats de janvier 2015 où 14 personnes sont accusées d’avoir aidé les terroristes.

crédit photo : afp

Laisser un commentaire