Nouvelle manifestation de professeurs mécontents

profBON

Ce jeudi, à Liège, entre 10.000 et 15.000 professeurs ont été manifester dans les rues. Avant cela, des milliers de professeurs s’étaient déjà fait entendre en mars à Mons et en février à Bruxelles. Que veulent-ils?

C’est la troisième fois depuis le début de l’année que les professeurs de primaire et secondaire quittent leur classe afin d’aller manifester.

Que veulent les professeurs?

S’ils vont manifester, c’est pour se faire entendre. Les professeurs en ont marre. Ils veulent être mieux payés. Et, surtout, ils veulent être plus nombreux. En effet, beaucoup d’écoles font face à une pénurie de professeurs. Du coup, comme il n’y a pas assez de profs pour toutes les classes, ceux qui travaillent sont surchargés. Et cela ne risque pas de s’améliorer… Caroline Désir, la ministre de l’Education, a décidé de mettre en place un nouveau calendrier scolaire. Nous t’en avions d’ailleurs parlé il y a deux semaines. Elle avait aussi décidé de faire plus de remédiations dans les classes. C’est évidemment une très bonne idée mais, pour cela, il faut beaucoup plus de professeurs. Or, pour l’instant, il n’y en a toujours pas assez. !

Les professeurs réclament également de donner cours à des classes plus petites. Les trop grandes classes sont en effet plus difficiles à gérer pour eux.

Enfin, ils ne veulent pas être évalués. En effet, le gouvernement prévoyait de pouvoir faire évaluer les enseignants, notamment pour les aider à s’améliorer. Toutefois, les professeurs ne sont pas d’accord et ont peur d’être sanctionnés en cas de mauvaise évaluation. Pourtant, le gouvernement a promis plusieurs fois que seuls les professeurs vraiment mauvais seraient sanctionnés. Mais, pour l’instant, les professeurs n’en veulent pas. Le gouvernement a donc promis que le système d’évaluation serait retardé d’un an, de 2023 à 2024.

Quelles conséquences?

Le gouvernement a entendu les professeurs et devra décider ce qu’il peut leur accorder et ce qu’il ne veut pas leur accorder. Si aucun accord n’est trouvé, les manifestations risquent de se multiplier à l’avenir…

crédit photo : belga