Premier vaccin contre le paludisme pour les enfants d’Afrique

malariaBON

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a autorisé pour la première fois la semaine dernière un vaccin contre le paludisme. Explications.

Qu’est-ce que le paludisme?

PaludismeCette maladie, aussi appelée malaria ou « fièvre des marais », est causée par un parasite qui se transmet via la piqûre d’un moustique. Elle provoque de la fièvre et peut conduire à la mort des personnes infectées. La malaria touche en majorité les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes. Elle se retrouve surtout dans l’hémisphère sud, et plus particulièrement en Afrique, comme tu peux le voir sur la carte.

En 2019, 230 millions de personnes ont attrapé la malaria, et 409.000 en sont mortes. La malaria est un problème très sérieux, qui touche une grosse partie du monde.

Pourquoi le vaccin n’arrive-t-il que maintenant?

L’OMS a autorisé la semaine dernière le premier vaccin contre le paludisme. Il a été testé pendant deux ans dans trois pays d’Afrique, ce qui en fait un vaccin très sûr. Il est destiné en priorité aux enfants vivant dans les régions où la maladie circule beaucoup.

Pourtant, la maladie existe depuis très longtemps, et l’OMS avait même lancé un programme pour la combattre dès 1955. Alors, pourquoi a-t-il fallu autant de temps pour développer un vaccin alors que celui contre le Covid a été fait en moins d’un an? En réalité, la malaria est une maladie très complexe, ce qui veut dire que faire un vaccin est extrêmement compliqué. Beaucoup plus que pour le Covid. Le vaccin contre la malaria n’est d’ailleurs pas très efficace. Il ne protège que contre 30% des formes graves de la maladie. Mais c’est toujours mieux que rien.

Faut-il s’inquiéter?

Le maladie est effectivement inquiétante, surtout parce qu’elle circule dans les régions pauvres où les gens n’ont pas de quoi se soigner. Heureusement, des traitements existent, et beaucoup d’organisations vont sur le terrain pour les distribuer aux gens. Mais la bataille est encore loin d’être gagnée !

crédit photo : afp