Qu’est-ce la « variole du singe », cette maladie qui est arrivée en Belgique?

varioleBON

Qu’est-ce que la « variole du singe »? Quels sont ses symptômes? Faut-il s’inquiéter que cela devienne une épidémie comme le Covid? Réponses.

Peut-être as-tu déjà entendu parler de la « variole du singe »? Depuis quelques semaines, les cas se multiplient en Europe, principalement en Grande-Bretagne. En Belgique, il y a déjà 4 cas. Mais, actuellement, il n’y aucune raison de paniquer !

Qu’est-ce que la « variole du singe »?

La « variole du singe » est une maladie qui existe depuis des dizaines d’années. Elle porte ce nom car elle a été découverte pour la première fois chez le singe. Aujourd’hui, elle se transmet via des rongeurs ou d’autres humains.

Ses principaux symptômes sont : la fièvre, des courbatures et des boutons qui finissent par recouvrir tout le corps, comme dans le cas d’une varicelle.

Pourquoi en parle-t-on aujourd’hui?

Habituellement, cette maladie reste en Afrique. A de rares occasions, elle arrive jusqu’aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne étant donné que ces pays ont beaucoup d’échanges avec l’Afrique. Mais c’est la première fois qu’on retrouve des cas de « variole du singe » en Belgique, en France, en Espagne ou encore au Portugal. C’est pour cela qu’on en parle beaucoup.

Comment se fait-il que la maladie soit arrivée chez nous?

Pour l’instant, il n’y a pas vraiment d’explication. En Belgique, la maladie se serait transmise via un festival qui a eu lieu à Anvers. Mais, pour les autres pays, on ne sait pas encore.

Faut-il s’inquiéter?

Même si certaines personnes peuvent en mourir, généralement on guérit tout seul de la « variole du singe ». De plus, cette maladie est beaucoup beaucoup moins contagieuse que le Covid. Selon les experts, il ne faut pas donc craindre une épidémie qui ressemblerait à celle du Covid. Malgré tout, les pays restent attentifs. Si le nombre de cas augmentait vraiment, on pourrait toujours utiliser le vaccin contre la variole qui serait efficace contre la variole du singe. Mais on en est vraiment pas là. Il n’y a donc pas de raison de s’inquiéter.

crédit : belga